Moscou



8-10/10.
Arrivée à 5h11 à la gare de Moscou, la nuit fut courte ! Excités par notre première nuit en train couchette, nous n’avons finalement pas dormi beaucoup. Un chauffeur nous a déposé à l’hôtel vers 6h et il a fallu attendre jusqu’à 10h dans le lobby jusqu’à l’arrivée du guide. Si nous avons un reproche à faire à Russian Experience, c’est peut-être ce moment où nous étions particulièrement fatigué et après une nuit dans le train, nous rêvions d’une bonne douche et une réception d’hôtel n’est pas des plus confortables pour patienter 4h ! De plus quand on est claqué, on n’a pas de patience et rien que l’idée d’avoir un guide avec un anglais douteux me faisait craindre le pire quant au bon déroulement de la matinée et notre découverte de Moscou…


Que nenni, notre guide russe parlait un anglais parfaitement clair et compréhensible par nos cerveaux fatigués. Après la « visite » des stations du métro russe, on a enchaîné par un tour des monuments : le Théatre Bolchoï, la Place Rouge, le Musée Historique de l’Etat, le Kremlin, la Cathédrale de Sainte-Basile et la Bibliothèque de Lénine. Comme à Saint-Petersbourg le but de ce tour de 3h était de nous montrer les emplacements des principaux sites et de nous expliquer ce qu’il y avait à visiter. Notre guide était d’une gentillesse exceptionnelle, elle s’est excusée de ne pas parler le frantsouski et après avoir assisté à la relève de la garde dans le Jardin d’Alexandre, nous l’avons abandonnée pour aller déjeuner dans notre désormais fast food russe préféré, le Tepemok !! On y mange des crêpes fourrées au saumon, aux légumes ou à la viande mais ce qu’on adore ce sont les « Pelmeni », sorte de pavettes très gouteuses et qui arborent un « smile » sur chaque coté. Pour 500 roubles (12 €), on arrive à manger à 2, c’est bon et ça change du Mc Do !

Pour le dîner, on s’est aventuré dans le quartier de l’hôtel en quête d’un restaurant typique. On est finalement tombé sur un resto ukrainien avec des serveurs en costumes. Au début, on a pensé à un attrape-touriste avec ses menus disponibles en 6 langues (dont le français) à la différence des serveurs qui ne parlaient que quelques mots d’anglais. Mais on s’est débrouillé en commençant par vodka et bière, 2 mots assez universels… La bouffe était plus que correcte tout comme les prix. Je déconseille le vin de Crimée, pas cher à la carte mais plus proche du jus de raisin qu’autre chose !!

Le lendemain, on a attaqué notre « grosse » journée de visites en débutant par quelques photos du Théatre Bolchoï conçu par l’architecte Joseph Bové, à ne surtout pas confondre avec notre illustre démolisseur de Mc Do !! Blague à part lorsque la guide avait fait son speech, j’avais entendu « José »… N’étant pas de grands fans de ballets, nous n’avons pas entrepris de chercher des billets et ce n’est que plus tard qu’un gars voulant nous refourguer des places au marché noir nous a appris que de toute façon, il n’y avait de représentation le soir au Bolchoï !

On s’est rendu au mausolée de Lénine qui n’est ouvert que le matin. L’ambiance est tout à fait particulière lorsqu’on entre dans ce tombeau monumental en granit noir sur le côté de la Place Rouge au pied du mur d’enceinte du Kremlin. Les appareils photos, les téléphones et les sacs sont à laisser au vestiaire et il faut faire preuve de respect quant on entre dans le mausolée : il est interdit de parler, de garder les mains dans les poches, de garder son chapeau ou casquette et si vous l’aviez oublié, l’un des gardes postés tous les 5m vous rappelle à l’ordre avec une véhémence toute russe. A lui seul ce monument doit faire vivre une cinquantaine de soldats en faction. On défile tout autour du corps embaumé de ce cher Vladimir Lénine et il est bien évidemment interdit de s’arrêter. L’ambiance est tamisée, une sorte de mélange de crypte et… de buddha-bar !! Désolé pour l’image mais cette ambiance très sombre avec des murs noirs et bordeaux foncés m’ont fait penser au bar où il est parfois difficile de distinguer ce qu’on y mange !

On a ensuite fait le tour du Musée Historique pour arpenter la Place Rouge et là, déception car la quasi totalité de la place était occupée par une scène géante et des gradins montés là en l’honneur du passage la veille de la flamme olympique des futurs JO d’hiver organisés en Russie. Du coup, difficile de faire une photo de toute la place ou du Kremlin sans avoir cette énorme structure sur le cliché !
Le temps de faire un petit tour dans le magnifique centre commercial GUM, avec sa façade de 240m de long en granit et marbre, où l’on se perd à faire du lèche-vitrine sous les immenses verrières rappelant le style de certaines grandes gares. On y a retrouvé l’ambiance chicissime des malls de Dubaï, en plus petit mais en beaucoup plus classe.

On a visité la Cathédrale Sainte-Basile ou plutôt la Cathédrale de l’Intercession de la Theotokos dans la fosse !!! On y apprend qu’elle a été construite par Yvan le Terrible et en la visitant on découvre non pas une mais 9 églises dont la plus grande, l’église Centrale, ne fait que 64m2 ! L’intérieur est un labyrinthe d’étroits passages voutés qui relient les cylindres verticaux (4 octogonaux et 4 cubiques) des 8 églises coiffées de leur dôme, entourant la tente centrale et son cœur. Au rez-de-chaussée, on s’en sort mais au premier on a fait plusieurs fois le tour avant d’être certain d’avoir tout vu et de trouver la sortie… La similitude avec la Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé à Saint-Petersbourg est évidemment frappante puisque celle-ci s’est largement inspirée de l’architecture de son aînée construite près de 350 ans plus tôt.

On a également marché jusqu’au bâtiment Terraplean Kotelnicheskaya, l’une des Sept Sœurs, ces énormes gratte-ciels conçus dans le style Stalinien, disséminés un peu partout dans la ville et qu’on voit à chaque fois qu’on empreinte un pont enjambant la Moskva. Ce complexe dont la tour principale culmine à 176m de haut est réellement impressionnant de par sa conception et sa beauté mélangeant style baroque et gothique. On a essayé d’y entrer mais on s’est fait refoulé illico par les concierges super aimables, sans avoir le temps de faire une photo !

Pour finir la journée on a repris le métro pour nous rendre jusqu’au Kremlin et visiter son enceinte qui forme un énorme triangle irrégulier de 275.000 m2. Les murs et les 18 tours ont été achevés en 1495 par des maîtres italiens. Les murs peuvent faire jusqu’à 6,5m d’épaisseur et atteindre les 19m de hauteur.

Sur la place principale sont disposées 3 cathédrales dont celle de l’Annonciation qui était l’église principale de Moscou où tous les tsars se sont fait couronnés. Sauf qu’elle était fermée au public !! On s’est donc rabattu sur les cathédrales de l’Annonciation et de l’Archange Michael dont les peintures intérieures et les icônes sont magnifiques mais où la moindre photo est interdite. La dernière structure remarquable de la place est la tour d’Ivan le Grand qui ressemble à une énorme bougie allumée. On a zappé l’Arsenal construit par « Peter the Great » ainsi que l’immeuble Militaire aujourd’hui musée qui abrite les insignes et une exposition de diamants.

Le soir venu et après un tour à l’hôtel, on n’avait plus la force de chercher un resto, on est donc retourné à celui de la veille pour y goûter leur Borsch ukrainien, fort gouteux et qu’on a accompagné d’une bouteille de Vodka bien fraîche. Première fois pour Adèle et moi qu’on fait un repas entier à la Vodka nature et si la première gorgée fait tousser, les suivantes descendent toutes seules !!! Ce ne sera certainement pas la dernière…

Pour notre dernière demi-journée à Moscou, le soleil a fait son apparition, les 15° nous ont fait transpirer sous nos coupe-vents et polaires ! On en a profité pour aller jusqu’au Gorki Park dont on a fait le tour en petit train. Adèle et moi commençions sincèrement à sentir nos jambes (lourdes) et d’avoir les plantes des pieds qui fourmillent. Après le parc, on a trouvé la force de traverser la rivière Mockva pour profiter d’une vue imprenable sur l’île artificielle où s’érige une statue gigantesque qui représente Pierre-le-Grand sur un galion.
Après quelques stations de repos dans le métro, on a fini notre journée en passant devant le musée Pouchkine des Beaux-Arts qui n’a rien à voir avec le célèbre poète. Après la 1ère guerre, ce musée a hérité de milliers d’œuvres du Musée Hermitage pour glorifier la nouvelle capitale russe. Là encore, le temps nous a manqué et une journée supplémentaire aurait été nécessaire pour aller admirer les tableaux de Van Gogh, Gauguin, Picasso et autre Matisse ! On se console avec ceux vus à Saint-Petersbourg.

Le musée se trouve à quelques mètres de l’imposante Cathédrale du Christ Sauveur dont les très hauts dômes dorés se voient d’un peu partout dans la ville.
En revenant sur nos pas, on a fait un détour par la Bibliothèque de l’Etat Russe, la plus grande du pays, avant de rejoindre la rue d’Arbat, piétonne, qui est la plus ancienne rue de Moscou. Autrefois considérée comme la rue la plus prestigieuse de la ville, aujourd’hui c’est une artère très agréable à arpenter où l’on trouve restaurants, artistes et petits marchands ambulants.

Et c’est ainsi que s’est achevé notre passage à Moscou. Le temps de récupérer nos bagages à l’hôtel et d’affronter les embouteillages, près d’1h,  pour nous rendre à la gare où partira notre train couchette à 16h50. Il nous faudra une nuit et une journée entière pour atteindre Ekaterinbourg…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux