Ekaterinbourg



11-13/10.
Après le train express qui nous amena de Saint-Pétersbourg jusqu’à Moscou, on était impatient de découvrir notre train car nous ignorons si ce serait déjà un Transsibérien ou un train express normal reliant les 2 villes ?



Et bien le train était des plus récents dans lequel nous avions une couchette en 1ère classe (avec seulement 2 lits) avec tout le confort nécessaire : matelas escamotable dans le dossier de la banquette, draps tirés, couette et oreiller déjà préparés, liseuses individuelles, écran LCD (avec 3 chaînes russes), prise jack pour écouter un choix de 5 radios et une prise de courant 220V sous la tablette. On y a passé une nuit et une journée entière pour arriver à Ekaterinbourg vers 19h, heure de Moscou et donc 2 de plus ici. Notre guide, Konstantin, nous attendait déjà sur le quai, assez impressionnant avec son bonnet noir vissé sur la tête, ses yeux froids et son long manteau en cuir noir sorti tout droit de Matrix ! Il parlait très bien anglais et une fois dans la voiture, il nous a donné tout un tas d’informations sur sa ville, à commencer par où dîner ce soir près de notre hôtel. Il nous indiqua un restaurant ouzbek qui se révéla excellent, tout à fait abordable et avec un personnel très souriant et patient avec les étrangers. Tout avait l’air bon sur la carte mais avant de nous quitter notre guide Konstantin nous avait donné les plats à ne pas louper. Certains étaient relevés d’autres très salés mais encore une fois la vodka faisait passer le tout sans problème.
Russian Experience avait réservé une chambre dans un hôtel de charme magnifique, entièrement rénové et disposant d’un confort largement supérieur aux 2 précédents. Pour notre « honeymoon », une bouteille de mousseux russe nous attendait dans notre chambre, délicate attention à l’image du service de l’hôtel. On en a profité pour faire laver notre linge, 500 roubles pour un grand sac.

Le lendemain, Konstantin est venu accompagné d’une jeune guide pour nous faire visiter la ville. C’est à ce moment que nous avons fait la connaissance d’Eric, un Anglais de 71 ans faisant le chemin dans le sens inverse du nôtre. Il avait fait le voyage depuis l’Angleterre jusqu’à Hong-Kong dans une cabine de porte-conteneur, un trajet avec moult stops dans les plus grands ports qui dura 49 jours ! Il a remonté la Chine jusqu’à Pékin pour prendre le Transmongolien jusqu’à Irkoutsk et ensuite rejoindre Ekaterinbourg en Transsibérien. A 71 ans, chapeau !!

Tous ensemble, nous avons parcouru la ville et découvert son histoire. Véritable frontière en l’Orient et l’Occident mais surtout pour les russes entre l’Oural et la Sibérie. Nous avons visité l’église du Sang-Versé construite sur les ruines de la maison où ont été assassinés les Romanov, à quelques mètres de la « Lenine Prospekt » et de la statue de Lénine, troublant !!! Nous avons également vu l’ancienne et la toute nouvelle résidence de Poutine, président très peu populaire dans la ville de Boris Eltsine où il ne vient faire acte de présence que deux fois par an.
Après l’excursion de 3 heures nos guides nous ont lâchés après 1 exposition de pierres précieuses et nous sommes rentrés à pied avec Eric qui semblait paniqué à l’idée de retrouver seul son chemin jusqu’à l’hôtel. Pour nous remercier de l’avoir ramené, il nous a invité à dîner le soir même et nous sommes retournés au même restaurant ouszbek.

Le lendemain, Konstantin est venu nous chercher pour visiter un petit village sibérien au nord-est d’Ekaterinbourg à un peu plus de 100 km. On a pu découvrir le réseau routier russe et leur manière de conduire. Notre guide disposait d’un monospace japonais relativement confortable totalisant plus de 276.000 km et dont le volant était… à droite. Très répandu dans le centre de la Russie, des véhicules d’occasion provenant du Japon ont remplacé les Lada bien moins fiables ! A Vladivostok, 90% des voitures ont un volant à droite !!

En traversant une rivière, on passa cette frontière entre l’Oural et la Sibérie et le paysage changea instantanément. Les denses forêts de pins ont laissé la place à d’immenses champs s’étendant jusqu’à l’horizon. Les datchas le long de la route se faisaient plus rares et on distinguait davantage de petits villages à quelques kilomètres de la voie principale.
C’est dans l’un de ces villages que Konstantin nous a emmenés pour comprendre la vie et les traditions sibériennes. Avec Adèle c’est le genre de visite qu’on n’affectionne pas trop car la plupart du temps le folklore local est un business et le tour se finit pas la boutique de souvenirs ! Et bien pas du tout… On est d’abord allé dans une sorte de musée-école dont le directeur est l’humoriste de la région et qui veut apprendre les coutumes locales aux enfants venant de la ville. De petites vieilles en costumes traditionnels (et toujours portés) racontent en chanson des histoires dont les enfants doivent trouver la morale. Une autre chanson explique comment filer le tissu à partir d’une pelote de fibres de lin. Nous ne sommes pas restés jusqu’au bout mais les enfants semblaient s’amuser énormément.

Nous avons ensuite fait un tour du village dans une carriole tirée par un cheval et malgré le soleil et le ciel bleu apparents, on pouvait déjà sentir la rudesse du début de l’hiver avec par moment des giboulées de neige.










Konstantin était intarissable sur la vie en Sibérie et c’est ainsi qu’il nous a fait visité la plus vieille maison en bois de Russie centrale ainsi que la source du village, fierté des habitants et véritable cadeau du ciel. Nous avons également découvert le « banya », sauna russe où dans le temps les couples se retrouvaient pour se détendre mais aussi pour se faire des câlins en toute intimité. Intimité qui n’était pas vraiment permise dans leur maison avec les enfants dormant autour car la demeure n’est généralement constituée que d’une seule pièce, chauffée par une cheminée centrale servant aussi bien de four que de radiateur !

Nous sommes ensuite retournés au musée pour y déjeuner où 2 dames extrêmement gentilles nous ont cuisinés des plats des plus copieux arrosés d’un alcool local ressemblant à de la Fleur de Bière, excellent !!! Après le repas, on a pu découvrir les méthodes agricoles de l’époque ; contre toute attente la leçon était forte intéressante et Konstantin ne manquait pas d’humour pour garder notre oreille attentive. Enfin avant de reprendre la route, nous avons vu l’incroyable collection d’objets du musée et de son directeur. Partant du principe qu’au lieu de jeter un objet, valait mieux le conserver en le donnant au musée, on a pu voir des collections de bouteilles de vodka, d’appareils photo, de radios, d’horloge, de billets de banque, etc.
Et puis est venu l’heure du retour vers Ekaterinbourg et notre hôtel afin de préparer nos paquetages pour reprendre le train et nous enfoncer vraiment dans la Sibérie jusqu’à Irkoutsk.     

2 commentaires:

  1. Merci de nous faire partager votre voyage..... c'est magnifique...... profitez ! J'attends la suite avec impatience :)

    RépondreSupprimer
  2. Salut Thomas
    Je vois que tout ce passe plutôt bien! ça conne envie!
    Ici c'est beaucoup moins Folklorique :-)!
    Nous avons déménagé dans nos nouveaux locaux, nous y sommes depuis le 13 Septembre. Encore quelques petits réglages puis nous serons au top!
    les apéros du Vendredi se terminent de plus en plus tard!!!
    J'espère t'y voir à ton retour!
    je ne connais pas Adèle mais je vous embrasse tout les 2!
    prenez soins de vous! Je vous souhaite un excellent périple plein de belles découverte.
    A bientôt sur la tpoile
    Laurent BV

    RépondreSupprimer

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux